Paris vu d’en haut

Activités Capitales

Cigale Mag n° 54


Le concept « rooftop », « toit » donc, consiste à siroter un verre depuis le toit d’un immeuble aménagé en espace cosy. Le phénomène a pris une telle ampleur à Paris que les rooftops de la capitale ne désemplissent pas pendant l’été : en voici une brève sélection…
 

Le Mama Shelter

Au Mama Shelter, ça ne rigole pas. Canisses en bois brut, plantes vertes, chaises teintes métallisées, bougeoirs colorés… Tout cela sous label Philippe Starck. C’est au sommet de l’hôtel Mama Shelter que cette terrasse très branchée garantit aux happy few une atmosphère hors du temps qu’on appréciera en se vautrant dans des hamacs et des plumes d’extérieur pour bronzer. On peut aussi y jouer au ping-pong, se griser avec un cocktail ou se faire un barbecue.
Rooftop « à l’américaine » par excellence, le Mama Shelter est une adresse fort courue, même si, pour la vue, Bagnolet n’est pas tout à fait New York !

Mama Shelter
109 rue de Bagnolet, Paris 20ème

 

Le 43 Up the roof

En plein Quartier latin, le 43 Up the Roof dispose incontestablement de la plus belle vue qui soit sur Paris. D’ailleurs, ce n’est plus un panorama, c’est une carte postale : Notre-Dame, la tour Eiffel, le Panthéon et le Sacré-Cœur à l’horizon. Sans parler du reste. Sur ce toit du monde, on parle toutes les langues, même un peu le français ! Ce mélange ajoute au charme de l’endroit plus connu des étrangers de passage que des Parisiens eux-mêmes.
Le décor est néo-romantique, « Paris vu d’ailleurs » par excellence et dépayse positivement ceux d’entre nous qui croyaient tout savoir de leur ville. À la carte, coupes de champagne ou cocktails. Si l’on était d’humeur bougonne, on dirait que le seul point négatif reste l’accès, réservé en priorité aux clients de l’hôtel Holiday Inn, qui se trouve aux étages inférieurs… Réserver sa place à l’avance, par mail ou bien sur Facebook, est donc une nécessité absolue.

43 Up the Roof
4 rue Danton, Paris 6ème

 

Le perchoir du BHV

Depuis ce toit de Paris, on aperçoit les aiguilles de Notre- Dame, la Tour Eiffel, et même les tuiles (!) de l’Hôtel de Ville. Autre avantage, après l’achat de slips ou d’une perceuse aux étages inférieurs, on vient se rafraîchir sur les 250 m2 de la terrasse du Bazar dans un décor bleu et blanc. Mais, comme on est à Paris, il faut parfois attendre un peu pour espérer accéder à ce perchoir victime de son succès… Armez-vous de patience, ça en vaut la peine !

Le Perchoir BHV MARAIS
37 rue de la Verrerie, Paris 4ème

 

Avec ses 500 m², il domine à la fois le bassin bleu et l’Ouest parisien. Pourquoi pas ! Sur ce rooftop, on pourra admirer tout l’été des sculptures de la Française Nathalie Decoster dans une exposition intitulée Gone with the red wind (Autant en emporte le vent rouge). Cadre chic et carte idem du chef Julien Mercier : brochettes de viande, salade d’artichauts, houmous bio, fromages italiens, glaces et sorbets…

Le rooftop de la piscine Molitor
8 avenue de la Porte Molitor, Paris 16ème

 

Paris en musique

La Cour Saint-Émilion, en été, est un « spot » exotique à fréquenter de toute urgence. Des terrasses, du vin, des échoppes et des pavés à quelques encablures du Ministère de nos Finances composent le décor idéal pour décompresser après les horaires de bureaux. Pour l’ambiance, le concept « Musiques en terrasses » se charge de tout ; c’est-à-dire de petits concerts de World music qui autorisent le paradoxal voyage sur place de Sao Paulo à Oslo, en passant par la Réunion, l’Éthiopie, New York…

Du 10 juin au 27 août 2015, à Paris-Bercy

 

Comme son nom l’indique, la 26e édition de « Paris Quartiers d’été » a pour ambition de rendre le sourire à ceux d’entre nous qui sont contraints de passer l’été à Paris. Des spectacles vivants sont donc programmés dans des lieux où, nous dit-on, « on ne les attend pas » (Les jardins de l’Élysée ? Les toilettes des Tuileries ?). Bref, Paris quartier d’Été programme près de cent artistes étonnants à découvrir dans plus de trente lieux de Paris et de la petite couronne, dans des théâtres ou encore en plein air, bien souvent gratuitement ou à des tarifs très accessibles…

Renseignements : www.quartierdete.com


 

Paris gourmand

L’idée la plus originale de cet été tient à l’apparition de 56 camions-restaurants sur le pavé parisien. Pas des frites/ kebabs et autres sandwiches vite faits mais de vraies adresses gourmandes sélectionnées par la Ville de Paris dans le cadre de son appel à candidatures lancé en avril dernier en harmonie avec Olivia Polski, adjointe à la Maire en charge du commerce et de l’artisanat.
L’idée de ces « popotes roulantes », venue du Québec, est donc adaptée à Paris où la sélection repose sur quelques critères concrets, et l’on cite : « L’originalité, l’esthétique, la capacité à s’insérer dans l’espace urbain, la part accordée aux produits frais, issus de l’économie sociale et solidaire, biologiques et locaux, mais aussi d’importantes conditions environnementales, parmi lesquelles le respect du plan de lutte contre la pollution. » Derrière cette définition un peu stricte se profile un nouveau paysage composé de camions dûment répertoriés où l’on s’approvisionnera en bagels gourmands, crêpes indiennes, burgers des terroirs, menu thaï, bocaux maison…
« En ouvrant ces emplacements, Paris a tenu à accompagner et à soutenir cette nouvelle tendance sous l’angle de l’innovation et de la qualité des produits proposés. Je me réjouis du nombre de candidatures reçues et de leur qualité », salue Olivia Polski qui ne dit pas si cette idée de camions pourrait être déclinée dans d’autres domaines. Des camions-saunas, des camions-salons-de-massage, qui sait ?
Dans un communiqué enthousiaste, Anne Hidalgo a salué « cet engouement pour l’appel à candidature qui témoigne de la capacité des restaurateurs à innover et à se réinventer sans cesse, ainsi que de l’attractivité commerciale du territoire parisien. Paris est la capitale de la gastronomie et démontre chaque jour qu’elle a tous les atouts en main pour le rester ». Elle prêche des convaincus !

Renseignements et emplacement des camions :
www.paris.fr

 

Sabine Rol et Arsène Corvec - Photos : DR



  

Dans la même rubrique :
< >



ranktrackr.net